Informations

  • Durée 1h15

Tarif A

Suite à l’annulation du spectacle, l’ONDIF vous propose une captation du concert “Passions russes”, disponible gratuitement en ligne à partir du samedi 16 janvier à 19h, simultanément sur la salle de concert virtuelle de l’ONDIF et le réseau social Facebook (pages de l’ONDIF et de l’EMC).

Passions russes

Ultime et bouleversante symphonie de Tchaïkovski

 

Direction Tito Muñoz

Violon Alena Baeva


Piotr Ilitch Tchaïkovski
Concerto pour violon en ré majeur op. 35 (35’)

Symphonie n° 6 en si mineur « Pathétique » op. 74 (43’)

Parmi tous les compositeurs russes du XIXe siècle, Tchaïkovski est le plus voyageur  (il adorait par-dessus tout séjourner en Italie), le plus connaisseur des cultures européennes et le plus ouvert aux styles musicaux allemand et français. C’est d’ailleurs après avoir pris connaissance de la Symphonie espagnole pour violon et orchestre (1875) d’Edouard Lalo qu’il entreprend de composer son propre Concerto pour violon (1878). La difficulté violonistique de cette œuvre égale l’émotion qui s’en dégage et elle devient le premier concerto russe pour violon à s’être imposé au répertoire des concerts européens.
A la rayonnante tonalité majeure de cette page brillante s’oppose la sombre tonalité mineure de la Sixième symphonie (1893) dont le sous-titre de « Pathétique » proposé à l’éditeur par le frère de Tchaïkovski avait été accepté par le compositeur. Jamais il n’avait été plus innovant dans le genre symphonique que dans cette œuvre qui s’achève de manière très inhabituelle par un mouvement lent, un Adagio lamentoso, désolé et résigné. La mort soudaine du compositeur survenue quelques jours après la création de son ultime symphonie accentue la dimension de tristesse contenue dans la partition qui sonne comme un requiem.

Tito Muñoz
Alena Baeva