Retrouvez le film-culte de Ridley Scott suivi d’un débat avec le géographe Alain Musset, sur le thème « Autopsie des villes du futur ».

« La ville de Los Angeles qui forme le décor de Blade Runner est devenue, comme la Metropolis de Fritz Lang en son temps, l’archétype des villes insoutenables du futur. Baignée dans une atmosphère oppressante, elle accumule tous les maux des mégapoles contemporaines : surpopulation, pollution, délinquance, inégalités sociales, fragmentation spatiale, conflits ethniques… À bien des égards, elle incarne aussi la fin d’une civilisation à bout de souffle qui a épuisé les ressources de la planète et qui s’obstine à chercher dans la course technologique une solution à tous ses problèmes – alors qu’elle ne fait que les multiplier. Mais c’est aussi une ville-monde, une cité métisse où se croisent de nombreuses influences culturelles : l’Asie, bien sûr, mais aussi, de manière plus subliminale, le Mexique et les sociétés précolombiennes. Modèle indépassable de la ville cyberpunk, la cité des anges déchus de Ridley Scott se situe chronologiquement dans un futur que nous avons dépassé : 2019. Cependant, elle n’a pas pris une ride et nous invite toujours à réfléchir sur l’avenir menaçant de nos mondes urbains. En ce sens, on ne peut plus la considérer comme un simple décor de cinéma, aussi fascinant soit-il : c’est un personnage-clef de l’un des chefs-d’œuvre de la science-fiction. » Alain Musset